.

Passage de témoin
.

Passage de témoin. 2379, Utopia Planitia Fleet Yards

Par la fenêtre de la station accolée aux fleet yards, l’amiral Kathryn Janeway regardait pensivement le Voyager, enfermé dans sa grille de métal. Il avait été repeint, nettoyé, et on ne voyait plus trace des modifications borg, désormais incluses dans son système. Son numéro d’immatriculation tout fraîchement retracé en larges lettres noires s’étalait sur le devant de sa coque, et des navettes de travail s’affairaient autour de lui ainsi que des techniciens en scaphandre pour les dernières modifications. Jamais le vaisseau rescapé n’avait été aussi propre et beau depuis qu’il avait été lancé, voici plus de huit ans maintenant.
Mais Janeway n’était pas venue pour en reprendre le commandement. Bien sûr, elle l’avait fait ces derniers mois, pour lutter contre la peste lâchée par les Borgs, mais nécessité avait fait loi dans ces conditions.
Non, elle était seulement là pour procéder au passage de témoin, passer les commandes au nouveau capitaine. Ce ne serait plus elle qui commanderait le fringant classe Intrepid qui avait largement vu du pays, ou plutôt de la galaxie, ces dernières années. Ce n’était pas le rôle d’un amiral que de commander un vaisseau, même si techniquement ils le pouvaient. Mais elle avait joué de toute son influence pour peser sur la nomination du nouveau capitaine du Voyager. Elle n’avait jamais tellement apprécié ce genre de lutte d’influence, dont elle avait entendu son père se plaindre à plusieurs reprises quand elle était adolescente, mais elle avait réellement tenu à faire donner le commandement du Voyager à Chakotay.
Bien sûr, elle savait qu’il avait passé des moments difficiles à leur retour, qu’il avait échappé de peu à la cour martiale grâce à ses actions durant leurs sept ans d’errance dans le Quadrant Delta, mais elle connaissait mieux que personne ses capacités de commandement. Qui mieux que lui saurait mener son ancien équipage, du moins ceux qui avaient souhaité rester ? Il connaissait très bien le vaisseau tel qu’il était à présent aussi, ça avait largement joué en sa faveur. A présent, ce serait lui qui présiderait aux destinées du Voyager.
Un bruit de porte qui s’ouvrait la fit se retourner, et Chakotay entra.
-« Bonjour, amiral. Excusez-moi d’être entré directement, je ne pensais pas que vous étiez là… », s’excusa-t-il d’une façon un peu trop protocolaire à son goût, qui la déçut quelque peu. Mais quelle prestance il avait dans ce nouvel uniforme ! Le gris du tissu qui recouvrait ses épaules soulignait la teinte de sa peau mate, et quatre insignes de grade tout neufs brillaient sur le rouge de son col.
-« Oui, je suis arrivée un peu plus tôt que prévu, et j’assistais aux derniers travaux sur le Voyager. Il est comme neuf, comme quand j’en ai pris le commandement voici huit ans de cela, et vous avez aussi bien que moi de quoi il est capable… », acquiesça-t-elle
Chakotay fit quelques pas, mais s’immobilisa à distance respectable, comme si le fait qu’elle ait eu une promotion l’avait placée tellement au-dessus de lui qu’il n’osait plus rien faire en sa présence. Elle retint un soupir, et rien ne passa de ses pensées sur son visage tranquille.
-« On m’a dit que vous aviez œuvré pour que j’en obtienne le commandement. Vous n’auriez pas dû et, sauf votre respect, cela pourrait vous poser des problèmes… »
Kathryn s’avança vers lui, essayant désespérément d’effacer cette distance stupide qu’il mettait entre eux.
-« J’ai juste soumis votre nom et vos mérites, après tout s’est décidé en haut lieu. Mais, à mon avis, ils n’auraient pas pu choisir meilleur candidat que vous. En sept ans, vous avez été un premier officier exemplaire, même dans cette triste affaire de l’Equinox où vous auriez pu fomenter une mutinerie et que vous ne l’avez pas fait. Cela permettait de faire oublier votre engagement dans le Maquis… »
Il y eut une ombre dans le regard sombre de Chakotay. Il se souvenait en effet de ce jour où il s’était opposé à elle (avec raison, elle l’avait largement reconnu ensuite) et qu’elle l’avait fait mettre aux arrêts. Mais il ne lui en avait jamais voulu, et il était resté à ses côtés jusqu’au bout.
-« Je suppose que vous êtes au courant », reprit-il, « j’ai demandé à avoir Tom Paris comme premier officier, mais on me l’a refusé, ils m’ont assigné le commander Ellis, que je ne connais pas.  Je pense qu’ils se méfient encore de moi, ou de Tom, ou de nous deux… »
Non, Kathryn n’était pas encore au courant, et retint un soupir. Ces ronds de cuir des attributions de postes n’avaient pas voulu prendre de risques. Après tout, Chakotay et Paris avaient fait partie du Maquis tous les deux et, bien que le Maquis n’existât plus depuis des années, ce fantôme planait encore au-dessus de leurs têtes. Elle, qui les connaissait très bien tous les deux, trouvait tout cela stupide au dernier point.
-« Tom et vous n’avez rien à prouver, et surtout pas à moi, je sais très bien à quoi m’en tenir. Mais je sais qu’à certains, le fait de voir écrit « Maquis » dans un dossier cause des sueurs froides, comme s’il existait encore, et nous savons tous deux que ce n’est plus le cas. Ils finiront par comprendre, sinon je me chargerai moi-même de le leur expliquer… », dit-elle en croisant les bras.
Chakotay eut un mouvement de la main.
-« Je sais très bien qu’ils m’ont à l’œil, et qu’ils vont surveiller chacun de mes faits et gestes jusqu’à ce qu’ils soient sûrs. D’ailleurs, je soupçonne que la nomination du commander Ellis en tant qu’officier en second n’est pas un hasard, lui aura un accès de première main à mes actions quotidiennes en tant que premier officier. S’il est vraiment là pour m’espionner, il pourrait en être pour ses frais… »
Chakotay avait dit cela calmement, comme à son habitude, et Janeway savait fort bien qu’il ne se laisserait pas intimider. Il tenait aux idéaux de Starfleet et parviendrait à le prouver à tous ceux qui doutaient de lui.
Il y eut un long moment où ils ne parlèrent pas, se contentant de se regarder. Ce fut à ce moment que Kathryn vit dans les yeux de son ancien second apparaître quelque chose qu’elle n’y avait pas vu depuis des années. Cette lueur lui procura un frisson dans tout le corps, et elle ne savait que trop bien ce que ça signifiait. Se pouvait-il que… ? Mais ce n’était pas possible, il avait fait son choix, et c’était Seven.
Chakotay se rendait bien compte du moment de flottement de Kathryn, il la connaissait trop bien pour ne pas le percevoir. Elle ne savait pas qu’il n’était plus en couple avec Seven depuis un certain nombre de mois déjà, cela expliquait peut-être cela. Mais il se rendait bien compte qu’elle n’était pas encore prête à l’entendre lui parler de ses sentiments. Un jour viendrait où elle le serait, et il ne manquerait pas l’occasion…
Mais pour l’instant, le Voyager, leur dénominateur commun, méritait leur attention. Chakotay était ravi d’en avoir le commandement, il y était attaché et il allait tout faire pour porter encore plus haut sa renommée. Il prouverait à ces ronds de cuir de bureaucrates qu’il était parfaitement capable de le commander et d’en prendre soin dans les règles de Starfleet.
-« Je ne veux pas vous presser, mais je pense qu’ils vont nous attendre si nous ne nous dépêchons pas… », dit-il calmement.
Kathryn reprit sa contenance habituelle, et son regard bleu un moment troublé redevint aussi limpide qu’à l’ordinaire. Elle regarda l’heure sur une horloge accrochée au mur.
-« Oui, vous avez raison… »
Il la laissa sortir en premier, et tous deux gagnèrent la salle de téléportation, d’où ils furent transférés sur le Voyager. Ils ne dirent pas un mot durant le chemin vers la passerelle, qu’ils connaissaient par cœur tous les deux. Quand ils y entrèrent, Chakotay remarqua le léger mouvement de Kathryn vers le fauteuil de commandement. Les vieux réflexes avaient la vie dure, se permit-il de penser en souriant intérieurement. Mais elle n’alla pas jusqu’au bout de son mouvement et alla se positionner devant l’écran principal. Devant elle, le senior staff du vaisseau était rassemblé, anciens et nouveaux membres d’équipage. Chakotay s’était positionné non loin de son ancien siège, occupé présentement par le commander Ellis.
Janeway regarda chacun d’eux, puis elle commença :
-« Certains d’entre vous me connaissent et d’autres pas encore. Je suis l’amiral Kathryn Janeway, j’étais le capitaine de ce vaisseau jusqu’à assez récemment. Le Voyager, même s’il est encore assez jeune en âge, a traversé mille fois plus de choses que n’importe quel vaisseau de la flotte, je suis donc fière de le voir repartir en découvrir d’autres… »
Elle fit signe à Chakotay de la rejoindre.
-« Ses destinées à présent seront régies par quelqu’un qui le connaît très bien, qui a vécu avec son équipage d’origine le pire et le meilleur pendant son périple dans le Quadrant Delta. Il a été mon second pendant toutes ces années, qu’à présent il prenne son propre commandement… », acheva-t-elle
Elle s’interrompit, puis reprit :
-« Ordinateur, remets les codes de commande au capitaine Chakotay. Autorisation Janeway zero un alpha… »
Il y eut un bip, et l’ordinateur dit :
-« Codes de commande transférés… »
Janeway tourna alors la tête vers Chakotay :
-« Voilà, il est à vous, capitaine. Je vous le confie, ainsi que son équipage… »
Il n’y avait rien de plus à dire, ils se connaissaient trop bien pour ça et les mots n’étaient pas nécessaires. Chakotay demanda que l’on enclenche les procédures de départ et il raccompagna Janeway jusqu’à la salle de téléportation.
Alors qu’elle prenait place sur le plot, il lui dit :
-« Je vous promets que j’en prendrai bien soin, je sais ce qu’il signifie pour vous… »
Il fit une pause, et reprit avec un ton de voix plus doux, plus intime :
-« Et prenez soin de vous également, Kathryn… »
Son ton et ses mots firent bondir le cœur de Janeway dans sa poitrine, mais elle n’en montra rien. Pour ne pas montrer son trouble, elle résolut de faire de l’humour.
-« Il ne m’arrivera rien dans mon bureau. Par contre, conservez ce vaisseau et son équipage en un seul morceau, ou vous aurez affaire à moi… »
Il eut un léger rire.
-« Comptez sur moi, ils n’auront pas une rayure… »
Elle rit et fit un signe à l’officier de téléportation avant de disparaître dans une pluie d’argent, laissant Chakotay le cœur serré. Mais il n’avait pas de temps pour ça maintenant et, se détournant, appela Ellis :
-« Préparez-vous pour le départ dès que possible ! »
Le Voyager commençait une autre partie de sa vie…

F I N

Cette ligne de programmation ne sert qu'a formaté proprement les lignes de textes lors d'un utilisation sous Mozilla Firefox. J'aimerais pouvoir m'en passer mais je ne sait pas comment, alors pour l'instant. Longue vie et prospèrité