.

Pauvre Wesley, l'épisode perdu
.

Pauvre Wesley, l'épisode perdu.
Prologue

L'espace : l'ultime frontière. Un fond noir avec des étoiles peintes dessus. Voici le vaisseau galactique Enterprise, que nous allons détruire aussitôt que le budget le permettra. Sa mission: découvrir de nouveaux mondes et de nouvelles civilisations, et, au mépris du danger, nous casser les pieds avec la directive première.
Générique (Thème de Star Trek: The Next Generation.)
Vous savez : Ta...tata...tatatadaa....TADAAAA!!!... Avec ensuite Ta...tadataa...tadadaa... Oh, laissez tomber.

Acte 1

Le capitaine monte sur la passerelle en étouffant un rot de thé (Earl Grey, chaud).
Data : - Capitaine, nous arrivons en vue du problème de cette semaine.
Sur l'écran se dessine un gadget en plastique destiné à avoir l'air gigantesquement extra-terrestre.
Picard : - Qu'est-ce que c'est?
Data : - Nos senseurs ne nous donnent aucune indication à ce sujet. Tout ce qu'on peut en déduire, c'est qu'il faudra tirer tout cela au clair avant la fin de l'émission.
Picard : - Je vois.
Worf : - Capitaine, je me prépare à faire une recommandation qui comme toutes les autres ne sera pas écoutée, alors je sera bref: Je crois que nous devrions faire feu.
Picard : - Tout à fait d'accord, Worf. Nous n'en ferons rien. Conseiller Troi? Ça télépathise?
Troi : - Je sens, je sens...
Riker : - C'est vrai que vous sentez, Troi. Je voulais vous en parler.
Troi : - Ma douche est en panne depuis un mois, désolée.
Riker : - Vous pouvez utilisez la mienne.
Troi : - Merci. (Troi se prépare à quitter la passerelle.)
Riker : - Je vous rejoins dans dix minutes.
Worf prends son air habituel, écœuré. Lui ne prends sa douche qu'avec son, euh... phaseur.
Data : - Capitaine, l'objet semble composé d'un paquet de métaux et de composés à la consonance pseudo-scientifique. De plus, il semble bien que son centre contienne un trou noir, un vortex, trois entités cristallines et un troupeau de Ferengis en chaleur.
Dr. Pulaski : - C'est horrible...
Riker : - Docteur, étant donné que personne n'aime votre personnage et qu'il sera flushé tout juste l'an prochain, je vous recommanderais de garder vos commentaires au minimum, merci.
Dr. Pulaski : - C'est horrible (bis)...
Picard : - Docteur, je crois que vous devriez retourner à l'infirmerie en cas d'épidémie d'ongles incarnés.
Dr. Pulaski : - C'est horrible (again)... L'énervante quitte la passerelle.
Riker : - Nous devrions envoyez un équipe. Worf! Data!
Picard : - Et je crois que vous devriez emmener Laforge. En cas de problèmes techniques avec les moteurs de distorsion/le téléporteur/le holodeck.
Riker : - Ou même en cas pépin avec les phaseurs/les réplicateurs/un ou deux tricordeurs.
Data : - Sans compter le carburateur.
Tout le monde se met à chanter. Euh, non, oubliez ça.... Geordie débarque sur la passerelle et ajuste son filtre à air son visor. C'est à ce moment que Wesley se lève.
Riker (grognement) : - Ah, merde...
Wesley : - Capitaine, je n'ai pas encore sauvé le vaisseau cette semaine.
Picard fronce un sourcil (juste un) et soupire : - Et?...
Wesley : - Bien, comme vous le savez, mon contrat stipule que même si je suis un môme imbuvable et que j'ai encore la couche au cul, je dois me montrer plus intelligent qu'un personnel d'élite, dûment sélectionné et solidement formé, et sauver l'univers avec un truc invraisemblable.
Picard : - Encore?
Wesley : - Oui, plus trois fois pour le reste de la saison.
Picard (soupire) : - Cette fois j'en ai assez. C'est déjà un comble de se faire suer dans cette uniforme qui me serre la fourche sans endurer ça. Numéro un, vous pouvez faire taire le moutard?
Riker : - Avec plaisir, monsieur.
Riker (S'avance et entreprends de frapper Wesley un peu partout) : - Tu va la fermer, ta grande gueule ? Tu vois pas que tu fais chier le capitaine?
Laforge (Hausse les épaules) : - C'est vrai qu'il fait suer, le mioche. Toujours à fouiner dans la salle des machines... Est-ce que j'ai l'air d'une gardienne d'enfants ?
Wesley : - Aïe! Aiïïïe!!
Riker : - Tu vois, tu vois? Tu fais chier chaque être humain sur ce vaisseau!
Worf (S'objecte) : - Pas que les humains...
Data (Lève la main) : - Les androïdes aussi...
Riker : - Prends ça! Et ça! T'es même pas bon comédien, bâtard!
Wesley (Les dents de Wesley entrent en vitesse de distorsion) : - Aïe! Maman!
Riker : - Monsieur Worf, s'il-vous plaît, débarrassez-moi de ça de sur le pont.
Worf : - Bien monsieur.
Worf empoigne Wesley par le fond de culotte et le traîne par la porte de côté : - T'es bien chanceux que mon bath'leth soit au lavage.... (Quelques secondes plus tard, Wesley flotte dans l'espace en braillant.)
Data : - Dans le vide, sa tête devrait mettre 2,345 secondes à exploser. Ah! Voilà...
Riker : - Et qu'est-ce qu'on dit à sa mère qui revient au début de la saison prochaine?
Laforge : - J'ai déjà préparé un programme holographique qui chiale et se lamente vingt-quatre heures par jour. Elle ne se rendra compte de rien.
Picard : - Bonne chose de faite. Où en étions-nous?
Riker : - Eh bien, nous nous téléportons sur le gadget en plastique tout de suite après la pause pub. J'ai tout juste le temps de prendre une douche.
Picard : - Ah, oui...

Acte 2

Toute l'équipe se téléporte sur le gadget. Joli trucage avec les brillants bleus.
Riker : - Rapport!
Worf : - Je ne le vois pas, Monsieur.
Riker : - Hein?
Worf : - Je ne vois pas le rapport, Monsieur.
Riker : - Mais qu'est-ce qu'il est con ce gros bouledogue! J'ai franchement pas hâte qu'on produise un épisode au complet avec vous. C'est pas des blagues. Quelqu'un d'autre?
Data : - Mon tricordeur rapporte bien la présence d'un trou noir, d'un vortex, de trois entités cristallines, et précise sept cent douze Ferengis en chaleur, tous de sexe masculin.
Laforge : - Je détecte un réacteur mal en point. Il me faudra y remédier.
Worf : - Monsieur, je recommande...
Riker : - Oui, Worf. Plus tard.
Wesley : - Je crois que je peux réparer le réacteur. J'ai un couteau de poche et un mètre de scotch tape.
Riker : - Wesley? Que...? ( Tous se regardent avec stupéfaction, sauf Wesley qui conserve son air innocent et Worf qui transforme douloureusement son air écœuré en air dégoûté.)
Laforge (Tapote sur son tricordeur.) : - Je détecte les traces d'un champ de particules Tachyon.
Riker : - Que c'est...?
Laforge : - Elles signalent une variation temporelle. Ce Wesley est celui de ce matin à 8:00. Il ne se souvient donc de rien.
Riker : - Eh, merde... ( Tous se dirigent vers le réacteur tandis que Laforge analyse les données de son tricordeur et que Worf joue au Tetris sur le sien.)
Laforge : - Ce réacteur est déstabilisé. J'aurais besoin de 53 kilos de matière fissile pour stabiliser le flux intermixe.
Riker : - 53 kilos, hein? Vous croyez que ceci peut convenir?
Wesley : - Hé!
Riker : - Monsieur Worf?
Worf : - À vous l'honneur, Monsieur. (Tandis que Laforge ouvre la porte du réacteur. Riker empoigne Wesley par le fond de culotte et le projète dedans. Il disparaît dans le feu nucléaire avec un court hurlement.)
Riker : - Je me demande si nous n'aurions pu dû le garder pour les Ferengis.
Data : - Si je puis me permettre, monsieur, les Ferengis sont reconnus pour la petitesse de leurs organes génitaux. Wesley aurait survécu bien trop longtemps pour le confort de nos oreilles.
Riker : - C'est vrai. Monsieur Laforge, rien à signaler?
Laforge : - Hormis le trou noir, le vortex...
Riker : - Je sais tout ça. J'étais déjà là avant la pause.
Laforge : - ... Je détecte une invasion Borg imminente. Cet endroit est également un avant-poste Romulien ainsi qu'un centre de croisement entre Klingons et Tribbles. Si vous regardez bien dans le coin tout là-bas, vous apercevrez Q qui joue à la cachette avec les Binars.
Riker : - Où ça?
Laforge : - Là-bas, derrière le terminal en contreplaqué avec des lumières qui clignotent pour faire vrai.
Riker : - Je vois. Rien à signaler, donc.
Laforge : - Non, rien de particulier.
Riker (Porte la main à son communicateur et ça fait touit-touit-bip) : - Capitaine, il n'y a rien ici. Nous sommes prêts à remonter.
Picard : - Déjà? Mais il reste une demi-heure à l'émission...
Riker : - Peut-être, mais j'en plein le cul de ce coin. On se les gèle et puis j'ai faim.
Worf esquisse un sourire à la pensée d'un bon bol de Kibble'n Bits, mélange original.
Picard : - Bon, d'accord.
Data : - Et que faisons-nous de Wesley ?
Sortant de derrière un terminal, Welsey fait un petit ta-ta de la main, mettant en valeur toute sa virilité.
Laforge : - Je détecte les traces d'un champ de particules Piriton qui signalent une variation spatiale. Ce Wesley est celui d'un univers parallèle. Il ne se souvient donc de rien.
Riker : - Non mais, qui est-ce qui lui écrit ses trucs, celui-là? Pas de particules moron? Des fois?
Laforge : - Euh...
Riker : - Bon, eh ben, petite bite ou pas, on le jette au Ferengis.
Riker empoigne Wesley et, bon, on devine la suite.
Wesley : - Aïe! Maman!
L'équipe est téléportée. Tous affichent un sourire satisfait, y compris les sept cent douze Ferengis qui sont restés sur la station avec Wesley.

Fin Heureuse

Cette ligne de programmation ne sert qu'a formaté proprement les lignes de textes lors d'un utilisation sous Mozilla Firefox. J'aimerais pouvoir m'en passer mais je ne sait pas comment, alors pour l'instant. Longue vie et prospèrité