.

Légende Urbaine
.

Légende Urbaine. - " Alors c'est toi le capitaine de ce vaisseau ? "
James T Kirk quitta l'écran de contrôle des yeux pour se tourner vers son frère :
- " Avoues que là, t'es impressionné ! "
- " Je le serais peut-être si tu me dis combien de nanas tu t'es tapé avec le grade de capitaine. "
Bizarrement, Jim ne répondit pas. Il détourna même les yeux. La porte du sas s'ouvrit et George crut même voir son petit frère rougir quand un homme étrange entra :
- " Capitaine, tout est en ordre nous pourrons décoller dès que vous le souhaiterez ! "
Et la lumière fut chez l'aîné des Kirk :
- " Oh; vous êtes un vulcain ! "
Spock jeta un regard sur l'humain :
- " Et vous avez un brillant esprit de déduction. "
Jim retint un rire :
- " Commandant Spock voici mon frère George ! "
Il se serrèrent la main. Son frangin se tourna vers lui et lança :
- " Tu lui as demandé ? "
La réponse fut bien trop rapide :
- " Non ! "
- " Pourquoi, c'est marrant. "
- " La ferme ! "
Le second du vaisseau fixa son capitaine :
- " Me demander quoi ? "
- " Rien ! "
Mais le rire de l'autre Kirk était bien trop grivois pour que ce soit la vérité :
- " Posez votre question, j'y répondrai. "
- " Il y a une rumeur qui court sur les vulcains. "
Spock attendit la suite patiemment :
- " A cause de vos oreilles. "
- " Eh bien ? "
Jim ne laissa pas son frère continuer :
- " On dit qu'elles sont fragiles. "
- " Pas plus que celles des humains. "
- " Non c'est pas ça qu'on dit ! "
Le capitaine donna un coup dans les côtes de son frère :
- " Laisse tomber et puis c'est faux de toute façon. "
- " Comment tu peux savoir que c'est faux si tu lui as pas demandé ? "
Un léger rougissement tinta les joues du petit frère. Il n'y avait qu'une seule autre façon de vérifier la légende urbaine :
- " Non tu déconnes ! "
- " La ferme ! "
George se tourna vers le vulcain :
- " Vous et mon frère ? "
- " C'est exact. Nous partageons une relation basée sur la confiance et l'amour que nous nous portons. "
- " Il plaisante ? "
Bougonnant, James répondit :
- " Les vulcains ne plaisantent jamais, le sens de l'humour n'est qu'un concept pour eux. "
Ne relevant pas ce que son amant venait de dire, Spock demanda :
- " Une explication sur cette légende humaine serait la bienvenue. "
Riant de plus belle, l'aîné répondit :
- " On dit que vos oreilles sont des zones érogènes. "
- " Je comprends mieux a présent cette insistance lors de notre première fois. "
La réaction fut immédiate et indignée :
- " Tu couches avec lui ? "
- " Tu as compris quoi tout à l'heure par relation de confiance et d'amour. "
- " Non mais j'avais pas percuté, j'avoue ! Attends un peu que je raconte ça à… "
- " A personne ! Je suis capitaine et lui commandant c'est tout. "
Les deux amants échangèrent un regard :
- " Oh vous me faites marcher en fait c'est ça ? Je suis sûr que tout ça c'est faux. "
En soupirant, Jim Kirk se leva et vint embrasser son second. Pas un simple bisou de cinéma mais un vrai roulage de pelle en règle :
- " Ca va ça va, je vous crois n'en jetez plus, je vous en prie ! "
Ils se séparèrent et le capitaine fit un clin d'œil à son amoureux. Un bip retentit dans la cabine. Il appuya sur un bouton et se réinstalla dans son siège :
- " Monsieur Sulu ! "
- " Nous sommes prêts, Capitaine ! "
- " Alors nous allons débarquer les invités et décoller, nous avons un ordre de mission. "
Ce fut Spock qui réagit à cette annonce :
- " Voilà une chose plus que satisfaisante ! Quels sont les ordres ? "
- " Nous allons botter les fesses de pirates de l'espace dans… "
Devant le regard de son amant, il se reprit :
- " Capturer… de vils voleurs… "
Il se tourna vers l'écran :
- " Allons-y, Monsieur Sulu ! "
George s'approcha de son frère et bougonna :
- " Je suis un invité, je dois débarquer ? "
Son cadet hocha juste la tête :
- " Je peux pas partir à l'aventure moi aussi ? "
- " Quoi ? Pour que je t'entende raconter à tout l'équipage les plus grandes hontes de ma vie ? Non ! "
L'aîné serra son petit frère contre lui et murmura :
- " Je suis fier de toi ! "
L'émotion étreignit le cœur du capitaine, sentiment qui disparut bien vite quand il entendit son frère lancer à Spock :
- " Bienvenue dans la famille, grandes oreilles. "
Il plaqua ensuite un baisé sonore sur la joue de son beau-frère avant de filer vers la porte du sas :
- " Je ne comprendrais décidément jamais les humains ! "
- " Eh ! Tu es à moitié humain, ne désespère pas. Je t'apprendrai l'humour et la désinvolture. "
Le vulcain fixa un instant son amant et celui ci craqua le premier :
- " C'était de l'humour ! Pas de panique. "
La porte du sas s'ouvrit à nouveau, laissant l'équipage entrer. Spock se dirigea vers sa console en lançant :
- " Je ne panique jamais ! "
Le capitaine retint un sourire et ordonna :
- " En avant monsieur Sulu ! "
- " C'est parti… "
Le vaisseau quitta la Terre vers de nouvelles aventures.

F I N

Cette ligne de programmation ne sert qu'a formaté proprement les lignes de textes lors d'un utilisation sous Mozilla Firefox. J'aimerais pouvoir m'en passer mais je ne sait pas comment, alors pour l'instant. Longue vie et prospèrité