.

Quorum
.

Quorum. Une secousse jeta tout le monde par terre. Jonathan, lui, était resté assis dans son fauteuil, il s'agrippait aux accoudoirs. Cependant, la secousse ne l'avait pas moins dérangé. Il imaginait les dommages à son vaisseau et à son équipage en frémissant. La Terre ne pouvait compté que sur l'Enterprise. Chaque dommage pouvait être celui qui coûterait à l'humanité son avenir.

- Feu à volonté, cria-t-il à son tacticien.

Reed se concentra sur sa console, quelques instants plus tard deux torpilles s'éloignaient d'eux pour toucher le vaisseau ennemi, de plein fouet.

- J'enregistre des dommages à la coque du vaisseau Xindi.

- Feu sur les zones endommagées.

Le lieutenant Reed entra quelques données à sa console et appuya sur le bouton de mise à feu. La torpille se mis à avancer lentement dans l'écran, puis s'arrêta, figée dans le temps. Jonathan Archer se leva et regarda sa passerelle, éberlué. Tout le monde était figé. Il demeurait le seul à être conscient de ce qui se passait. Même le vaisseau Xindi ne bougeait plus.

- Mais qu'est-ce que...

ZAP!

Il n'était plus sur la passerelle de son vaisseau, mais dans une somptueuse salle de style antique. Cependant, l'endroit, complètement désert, était impeccable. Lui-même se trouvait au centre de la pièce.

- Pardon, monsieur.

Archer se retourna. L'étranger l'avait surpris. Comme ils étaient tous les deux au centre, il ne pouvait qu'avoir apparu, tout comme lui. Le nouveau venu, qui portait un étrange uniforme rouge, l'examina attentivement.

- Je vous ai déjà vu quelque part, dit-il.

- Hé bien moi, je vous ai jamais vu, répliqua Archer, méfiant. Est-ce vous qui m'avez amené ici?

- J'allais vous poser la même question. J'étais sur l'Enterprise...

- Non sûrement pas, je ne vous y ai jamais vu.

- Je ne vous y ai jamais vu non plus. Avec cette uniforme, on vous aurait remarqué.

- Et vous donc! Est-ce un grade, cette étrange épinglette?

- En effet, je suis le capitaine de l'Entreprise et nous affrontions des Klingons quand...

Décidément, ce vieil homme avait du toupet.

- Je suis le capitaine de l'Entreprise, répliqua Archer. Qu'est-ce qui se passe ici?

- Allons! Calmez-vous, interrompit un troisième homme!

L'homme chauve portait également un étrange costume noir, gris avec un collet rouge. Il regarda Archer et l'inconnu, puis son visage s'illumina.

- Bon sang, c'est bien vous! Vous êtes le capitaine Kirk de l'Enterprise!

- Je vous connais, demanda Kirk?

- Je suis le capitaine de l'Enteprise, combien de fois devrais-je le répéter, s'interposa Archer?

L'homme chauve examina Archer avec intérêt.

- Mais oui, bien sûr! Vous êtes Jonathan Archer!

Le dénommé Kirk s'exclama.

- Archer, c'est là que je vous ai vu : dans les livres d'histoire; j'ai toujours été mauvais en histoire.

- Moi, j'étais plutôt bon, reprit l'inconnu. Je suis Jean-Luc Picard, capitaine de... l'Enterprise.

- Mais enfin! Si vous pouviez m'expliquer.

- Nous venons de différentes époques, capitaine. Vous, du 22e siècle. Kirk, du 23e et moi, du 24e.

- Tout comme moi, s'interposa un quatrième personnage.

L'homme, au teint sombre, également chauve, portait une barbe.

- Ha, capitaine Sisko, s'exclama Picard!

- Laissez-moi deviner, ironisa Archer, vous êtes capitaine de l'Enterprise.

- Non, de la station Deep Space Nine. Mais il y a quelques instants, j'étais sur le Defiant, nous nous battions contre des Breens.

- Bon, alors, nous ne somme donc pas aux retrouvailles des capitaines des Enterprises, toutes époques confondues.

Kirk examina la pièce.

- La question est : qu'est-ce que nous faisons ici?

- Il doit y avoir un point commun entre nous tous, suggéra Picard.

- Nous sommes tous des capitaines et tous des hommes, suggéra Kirk. Probablement donc qu'une reine extra-terrestre se cherche un harem d'hommes en uniforme.

L'idée semblait presque plaire à Kirk, mais il fut interrompu par un cinquième personnage, féminin.

- Ça, ça me surprendrait.

Elle observa ses quatre collègues, semblait les reconnaître.

- Je suis Kathryn Janeway, capitaine du Voyager.

- De retour du cadra Delta, on dirait, suggéra Sisko.

- J'aimerais que ce soit vrai, mais tout cela ne semble être qu'une illusion.

- Au contraire mes capitaines!

Les trois capitaines du 24e siècles réagirent simultanément.

- Q !

Sur le trône à l'extrémité de la pièce, se tenait un homme vêtu somptueusement. Picard s'avança.

- Q, j'ignore quelle machination machiavélique vous avez en tête. Mais franchement, si c'est encore un test, je me refuse à...

- Tsut Tsut! Tsut! Il ne s'agit pas de ça.

- Qui est-ce, demanda Kirk?

- Je dois retourner sur mon vaisseau, interrompit Archer. La Terre est en danger, et l'Enterprise est le seul vaisseau capable de la sauver. Mais, ça, j'imagine que vous savez toute cette histoire sur les Xindis.

- Jamais entendu parlé d'une histoire à propos des Xindis, répondit Picard.

- Moi non plus, admit Kirk.

- Normal, Archer vient d'une trame temporelle modifiée, expliqua Q. Mais tout ça c'est encore trop compliqué pour vos petits cerveaux de primates.

Sisko poussa un profond soupire d'exaspération.

- Qu'est-ce que ça va vous prendre cette fois Q : une autre raclée comme la dernière fois?

- Silence! Mettez cinq capitaines ensembles et vous ne pourrez jamais avoir la parole.

- Si nous en venions aux faits, suggéra Janeway. Pourquoi nous avez-vous amenés ici?

- Enfin une parole sensée. Voilà, si je vous ai amené ici, c'est pour une petite réunion informelle.

Sisko ouvrit la bouche pour parler.

- Et avant de m'interrompre encore, écoutez ce que j'ai à vous proposer. Ces dernières années, l'humanité a été évaluée, testée, soupesée de toutes les façons possibles. Le Continuum, quand à lui, est passé au travers certains conflits et nous en sommes sortis en un morceau, mais en sommes venus à une découverte capitale.

- Quelque chose de trop compliqué pour nous, j'imagine, railla Kirk.

- En effet, mais je vais vulgariser, pas ne pas dire simplifier à l'extrême, pour que vous puissiez comprendre. Nous sommes tous humains, proclama Q, solennellement.

Janeway pouffa.

- Quoi, vous m'avez arraché à une bataille contre les Borgs pour ça!

- Je vous explique. Vous êtes à une extrémité de l'échelle de l'évolution : tout en bas et moi, je suis tout en haut, à la limite de la même échelle. Voyez-vous : nous les Q, croyions que nous avions toujours été, mais en fait l'éternité, ça modifie un peu les souvenirs. Les Q ont commencé en bas comme tout le monde. Alors, de quel peuple grandiose sommes-nous issu? Grande question!

- Vous êtes humains?

- C'est la théorie en vogue, que je dois admettre quelque peu... répugnante. Mais qui vaut la peine qu'on s'y arrête. Nous vous observons et nous voyons un peuple qui évolue vite, qui a beaucoup de potentiel.

- Mais c'est impossible, s'exclama Picard! Si vous êtes issu d'un peuple comme le nôtre, cela doit faire des millénaires d'évolution...

- Plus que ça en fait. La théorie est que... une espèce, insignifiante, mais remplie de potentielle est née et a évolué jusqu'à la fin de l'univers. Dès lors, elle avait atteint un tel degré d'accomplissement que cette espèce, grandiose, a reculé jusqu'au début de la création pour vivre éternellement et être témoin de sa propre naissance. Ainsi naquit le Q- Continuum.

- Et vous croyez que cette espèce, c'est nous.

- Vous me semblez septiques, madame Capitaine.

- C'est un discours plutôt surprenant de la part de quelqu'un qui nous a traité de race sauvage, dangereuse et infantile.

- Ce que vous êtes rancuniers, mon capitaine! En fait, nous ignorons de qui nous sommes issus. Nous avons choisi d'oublier quand nous sommes revenus au début de la création. Tout ça, pour nous éviter, de toute évidence, un complexe d'infériorité.

- Mais l'humanité vous semble une possibilité acceptable.

- En quelque sorte. Nous croyons être en face d'un cercle vicieux temporel. Nous avons évolué jusqu'à ces limites, parce que nous avons été aidé. Il est impossible qu'un peuple aussi limité puisse avoir réussi tout seul. Donc, en toute logique...

Il marqua une pose et se fit pousser momentanément des oreilles pointues.

- En toute logique, donc, le peuple que nous choisiront sera celui de nos origines.

Q se leva de son trône avec un air hautain.

- Je vous ai réuni ici parce qu'il faut que l'humanité progresse de la bonne façon. Et pour ça, je vais investir cinq capitaines, qui ont marqués l'histoire, de certains de nos pouvoirs. À vous cinq vous devrez mener l'humanité vers ce magnifique destin.

- Si je comprends bien, vous voulez que nous soyons vos ministres.

- Vous avez toujours vite, Jean-Luc.

- Pourtant, il n'en est pas question. Nous ne sommes pas ce peuple, je refuse de le croire!

- Vous ne voulez pas de cet avenir grandiose? Vous me décevez.

- Je crois que si vous avez voulu oublier vos origines, c'est justement pour éviter d'avoir à vous aider vous-même. Et pour ça, vous deviez avoir une fichue bonne raison. Maintenant, ramenez-moi sur l'Enterprise, j'étais aux prises avec mon clone démentiel.

Q soupira, visiblement désappointé.

- Vous me décevez, Jean-Luc, je vous faisais une faveur.

Picard disparu. Sisko s'approcha de Q, avec un sourire moqueur.

- Si vous venez vraiment d'un peuple comme le nôtre, ce ne peut être que les Cardassians, ce sont les seuls à être aussi arrogants.

- Ça va, de toute façon, je ne vous voulais pas dans le groupe, maugréa Q avant de faire disparaître Sisko.

Il se tourna vers les trois autres capitaines.

- Nous serons moins nombreux, mais...

- Pensez-vous que j'ai l'intention d'accepter, s'exclama Janeway!

- Avez les pouvoirs que je vais vous donner, vous pourrez rentrer chez vous en un claquement de doigt.

- Vous ne voyez donc pas : ce n'est pas la facilité qui fait évoluer l'être humain, c'est l'effort. L'effort est le meilleur outil d'évolution. Si nous sommes destinés à devenir comme vous, nous y serons parvenus par nous-même.

- Vous ne changez pas d'idée, Kathryn?

- Q !

Il claqua des doigts, il ne restait que Kirk et Archer.

- Je ne sais pas qui vous êtes, commença Kirk, mais j'ai déjà rencontré Dieu, ou du moins, une créature qui se faisait passer pour lui, et je l'ai envoyé promener.

- Bon, j'ai comprit, répondit Q.

Kirk disparut. Q marcha vers Archer.

- Cher capitaine Archer, vous avez une occasion inespérée de sauver la Terre de ces terribles Xindis. Avez mes pouvoirs, ils ne seront pas de taille.

- J'admet, commença Archer, que votre offre est tentante. Rien n'est plus important que ma mission.

Le visage de Q s'éclaira.

- Alors vous acceptez!

- Pourquoi je vous ferais confiance? J'ignore qui vous êtes et tous mes collèges du futur vous ont rejetés.

Q claqua des doigts, il se retrouvèrent sur l'Enteprise. Le temps restait gelé au même moment où Archer avait quitté l'Enterprise.

- Regardez bien ce vaisseau. Il est de beaucoup supérieur au vôtre, croyez-vous pouvoir le battre? En un claquement de doigt, je pourrais le faire disparaître. En un seul claquement de doigt, je pourrais rayer de l'histoire le peuple Xindi au complet.

- Je n'ai rien contre le peuple Xindi, certains d'entre eux m'on même aidé. Je ne désire que protéger la Terre.

- Avec cette minable casserole qu'est votre vaisseau? Pas d'offense, mais c'est déjà un miracle que vous ayez survécu. Il vous faudra un autre miracle pour sauver la Terre. En un claquement de doigt, vous pourriez avoir une flotte entière d'Enteprises.

- Ce qui m'embête, c'est justement ça. Vous seriez venu me cherchez à n'importe quelle époque et je vous aurais dit non. Mais vous choisissez ce moment: un moment ou refuser pourrais signer la fin de la vie sur Terre. Et même le fait de voir des gens du futur ne signifie pas que je vais réussir, puisque vous avez parlé de trame temporelle modifiée. D'ailleurs, pourquoi avez-vous pris tous les autres capitaine au beau milieu d'une bataille.

Archer réfléchit un instant.

- Et ils ont quand même refusé...

Il regarde Q.

- Dîtes-moi, pendant ces batailles, la Terre était-elle en danger?

- Je ne devrais pas vous le dire, mais c'est le cas. Cependant, dans tous les cas, les forces étaient plus équilibrées. Votre cas est vraiment désespéré.

- Et malgré ça, ils ont tous refusés votre offre sans hésiter, c'est incroyable!

- Vous les admirez! Moi, je trouve ça stupide. Ils ont renoncé à un formidable avantage.

- Peut-être pas. Suis-je prêt à posséder de tels pouvoirs? Je ne crois pas. Je pourrais enrayer la menace, mais ensuite, qu'en ferais-je? Le pouvoir corrompt même les esprits les mieux intentionnés. Si j'accepte votre offre, je sauverai la Terre, c'est certain, mais à quel prix? Plutôt que ce formidable avenir, peut-être verrais-je naître un empire assoiffé de pouvoir et de destruction, un genre d'univers miroir à celui que je viens d'entrevoir. Alors, merci beaucoup, mais je vais me débrouiller par moi-même.

- Très bien, répondit Q en claquant des doigts.

* * * * *

Q réapparu dans la sale du trône. Il se rassit confortablement. Puis, il fit apparaître une tablette et un stylo, cocha un point et murmura.

- Test numéro quatre réussi.

F I N

Cette ligne de programmation ne sert qu'a formaté proprement les lignes de textes lors d'un utilisation sous Mozilla Firefox. J'aimerais pouvoir m'en passer mais je ne sait pas comment, alors pour l'instant. Longue vie et prospèrité